Liberté, convivialité, écoute, entraide et grand délire
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» Les poèmes à partager
Aujourd'hui à 21:06 par Matriarche3

» Le jeu du pendu..!
Aujourd'hui à 21:00 par Matriarche3

» Souvenirs!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Aujourd'hui à 17:34 par Matriarche3

» Bonjour!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Aujourd'hui à 13:58 par douce teigneuse

» Discutons sur nos lectures
Hier à 21:38 par jourapresjour

» Images humoristiques et insolites
Mar 20 Juin 2017, 23:01 par Matriarche3

» Quelques blagues !
Dim 04 Juin 2017, 23:57 par Matriarche3

» BON ANNIVERSAIRE BEBITTE
Ven 02 Juin 2017, 15:24 par jourapresjour

» BON ANNIVERSAIRE MARIE
Lun 29 Mai 2017, 08:33 par jourapresjour

Partenaires
Forum gratuit

Tchat Blablaland
Échanges de lien
Pour les échanges de liens, veuillez me contactez en le laissant votre adresse ainsi que petit descriptif. N'oubliez que vous pouvez toujours vous inscrire en tant que membre et ouvrir un nouveau post à forum > Ici on se présente > Topic publicité

Partagez | 
 

 Prix Nobel de littérature

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
douce teigneuse
Admin
avatar

Messages : 19586
Date d'inscription : 28/10/2010
Age : 75
Localisation : Provence la belle!!!!

MessageSujet: Prix Nobel de littérature   Jeu 09 Oct 2014, 13:46


Le romancier français Patrick Modiano s'est vu attribuer jeudi le prix Nobel de littérature pour son oeuvre centrée sur le Paris de la Seconde Guerre mondiale.

Le prix Nobel de littérature a été décerné ce jeudi 9 octobre au romancier Patrick Modiano, qui devient à 69 ans le quinzième auteur français à recevoir cette distinction.

Patrick Modiano a été récompensé pour "l'art de la mémoire avec lequel il a évoqué les destinées humaines les plus insaisissables et dévoilé le monde de l'Occupation", a indiqué l'Académie suédoise.

Le romancier français a centré toute son oeuvre sur le Paris de la Seconde Guerre mondiale, dépeignant le poids des événements tragiques d'une époque troublée sur le destin de personnages ordinaires.

Le secrétaire perpétuel de l'Académie suédoise Peter Englund a indiqué à la télévision publique suédoise SVT que l'institution n'avait pas réussi à joindre le lauréat avant d'annoncer le vainqueur de ce prix.

Patrick Modiano succède à la nouvelliste canadienne anglophone Alice Munro, primée en 2013, et emporte la récompense de huit millions de couronnes suédoises (environ 878.000 euros).


_________________
L'ESSENTIEL EST INVISIBLE POUR LES YEUX .....................

Revenir en haut Aller en bas
jourapresjour

avatar

Messages : 9049
Date d'inscription : 29/10/2010
Age : 63
Localisation : nord

MessageSujet: Re: Prix Nobel de littérature   Jeu 09 Oct 2014, 15:24

J'ai lu de lui "rue des boutiques obscures". Very Happy
C'était un bon livre.
Bravo à lui !
Revenir en haut Aller en bas
douce teigneuse
Admin
avatar

Messages : 19586
Date d'inscription : 28/10/2010
Age : 75
Localisation : Provence la belle!!!!

MessageSujet: Re: Prix Nobel de littérature   Jeu 09 Oct 2014, 15:33

Même lecture et ..............................même avis study

_________________
L'ESSENTIEL EST INVISIBLE POUR LES YEUX .....................

Revenir en haut Aller en bas
Matriarche3

avatar

Messages : 8089
Date d'inscription : 29/10/2010
Age : 82
Localisation : Belgique, province de Namur, Mariembourg

MessageSujet: Re: Prix Nobel de littérature   Lun 16 Fév 2015, 12:57

Adieux a la mer

Murmure autour de ma nacelle,
Douce mer dont les flots chéris,
Ainsi qu’une amante fidèle,
Jettent une plainte éternelle
Sur ces poétiques débris.
Que j’aime à flotter sur ton onde.
A l’heure où du haut du rocher
L’oranger, la vigne féconde,
Versent sur ta vague profonde
Une ombre propice au nocher !
Souvent, dans ma barque sans rame,
Me confiant à ton amour,
Comme pour assoupir mon âme,
Je ferme au branle de ta lame
Mes regards fatigués du jour.
Comme un coursier souple et docile
Dont on laisse flotter le mors,
Toujours, vers quelque frais asile,
Tu pousses ma barque fragile
Avec l’écume de tes bords.
Ah! berce, berce, berce encore,
Berce pour la dernière fois,
Berce cet enfant qui t’adore,
Et qui depuis sa tendre aurore
N’a rêvé que l’onde et les bois!
Le Dieu qui décora le monde
De ton élément gracieux,
Afin qu’ici tout se réponde,
Fit les cieux pour briller sur l’onde,
L’onde pour réfléchir les cieux.
Aussi pur que dans ma paupière,
Le jour pénètre ton flot pur,
Et dans ta brillante carrière
Tu sembles rouler la lumière
Avec tes flots d’or et d’azur.
Aussi libre que la pensée,
Tu brises le vaisseau des rois,
Et dans ta colère insensée,
Fidèle au Dieu qui t’a lancée,
Tu ne t’arrêtes qu’à sa voix.
De l’infini sublime image,
De flots en flots l’oeil emporté
Te suit en vain de plage en plage,
L’esprit cherche en vain ton rivage,
Comme ceux de l’éternité.
Ta voix majestueuse et douce
Fait trembler l’écho de tes bords,
Ou sur l’herbe qui te repousse,
Comme le zéphyr dans la mousse,
Murmure de mourants accords.
Que je t’aime, ô vague assouplie,
Quand, sous mon timide vaisseau,
Comme un géant qui s’humilie,
Sous ce vain poids l’onde qui plie
Me creuse un liquide berceau.
Que je t’aime quand, le zéphire
Endormi dans tes antres frais,
Ton rivage semble sourire
De voir dans ton sein qu’il admire
Flotter l’ombre de ses forêts!
Que je t’aime quand sur ma poupe
Des festons de mille couleurs,
Pendant au vent qui les découpe,
Te couronnent comme une coupe
Dont les bords sont voilés de fleurs!
Qu’il est doux, quand le vent caresse
Ton sein mollement agité,
De voir, sous ma main qui la presse,
Ta vague, qui s’enfle et s’abaisse
Comme le sein de la beauté!
Viens, à ma barque fugitive
Viens donner le baiser d’adieux;
Roule autour une voix plaintive,
Et de l’écume de ta rive
Mouille encor mon front et mes yeux.
Laisse sur ta plaine mobile
Flotter ma nacelle à son gré,
Ou sous l’antre de la sibylle,
Ou sur le tombeau de Virgile :
Chacun de tes flots m’est sacré.
Partout, sur ta rive chérie,
Où l’amour éveilla mon coeur,
Mon âme, à sa vue attendrie,
Trouve un asile, une patrie,
Et des débris de son bonheur,
Flotte au hasard : sur quelque plage
Que tu me fasses dériver,
Chaque flot m’apporte une image;
Chaque rocher de ton rivage
Me fait souvenir ou rêver..
Alphonse de Lamartine, Nouvelles méditations poétiques
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Prix Nobel de littérature   

Revenir en haut Aller en bas
 
Prix Nobel de littérature
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» POURQUOI ECRIRE ?
» La bibliothèque idéale en littérature allemande contemporain
» La Littérature et la Marine
» Mémoire de master littérature sur les bibliothèques
» Prix Nobel de la Paix

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Maison Forum :: Ici on se cultive :: Poésie, Littérature-
Sauter vers: