Liberté, convivialité, écoute, entraide et grand délire
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» Des chiffres avec des images (suite)
Aujourd'hui à 13:21 par Matriarche3

» Avec la troisième lettre ....!
Hier à 13:44 par Matriarche3

» Toutes les villes de France et ailleurs ...!
Hier à 13:43 par Matriarche3

» Bonjour!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Dim 20 Aoû 2017, 11:49 par douce teigneuse

» Les Antonymes ...!
Jeu 17 Aoû 2017, 20:40 par Matriarche3

» Nos amies les fleurs
Jeu 17 Aoû 2017, 12:40 par Matriarche3

» Qui est- ce....?
Mer 16 Aoû 2017, 11:14 par Hanouka

» Ou placer ma belle mais triste histoire. Au secours
Mer 16 Aoû 2017, 09:56 par justine.dumont

» présentation Justine
Sam 12 Aoû 2017, 07:22 par Saxo

Partenaires
Forum gratuit

Tchat Blablaland
Échanges de lien
Pour les échanges de liens, veuillez me contactez en le laissant votre adresse ainsi que petit descriptif. N'oubliez que vous pouvez toujours vous inscrire en tant que membre et ouvrir un nouveau post à forum > Ici on se présente > Topic publicité

Partagez | 
 

 Les poèmes à partager

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11, 12, 13  Suivant
AuteurMessage
chambre 22



Messages : 1903
Date d'inscription : 07/11/2010

MessageSujet: Re: Les poèmes à partager    Mer 12 Mar 2014, 18:50

il y a des hommes qui savent parler aux femmes ...


LES FEMMES MURES

J’aime les femmes mûres
Je les adore et les vénère
Je les admire et les désire
Elles connaissent leur corps, ses atours
Elles connaissent les secrets de l’amour
Quand elles aiment
C’est pour de bon, sincèrement
Sans ruse, sans faux-semblants
Éperdument, intensément, follement !
J’aime les femmes mûres
Elles nous viennent comme la fête
Comme le fruit d’une bonne récolte
Comme la fin d’une longue quête
Elles s’offrent tout entières
Sans limites, sans frontières
Elles viennent effacer le chagrin
Apaiser notre faim
Comme le bon pain!
J’aime les femmes mûres
Elles sont succulentes, appétissantes
Elles sont épanouies, aimantes
Elles sont guerrières et conquérantes
Aventurières et imprudentes
Elles sont sages parfois démentes
Ou surprenantes et émouvantes
Elles sont frêles et puissantes
Elles sont rebelles et consentantes!
J’aime les femmes mûres
Elles savent ce qu’elles veulent
Elles y vont sans détour
Elles ne perdent pas de temps
Ou prennent tout leur temps
Cela dépend de leur tempérament
Cela dépend des saisons
Cela dépend de l’envoûtement!
J’aime les femmes mûres
Elles me donnent soif, me désaltèrent
Elles me donnent faim, elles me nourrissent
Elles m’appauvrissent, elles m’enrichissent
Elles m’avilissent, me chérissent
Me font languir, me font frémir
Me font pleurer, me font souffrir
Elles me font vivre, me font mourir!
J’aime les femmes mûres
Elles se pavanent comme des reines
Sans honte aucune, sans aucune gêne
Elles se déhanchent et se dandinent
Elles s’étalent et s’exhibent
Elles s’ouvrent comme des fleurs
Libèrent leur corps
Ouvrent leur cœur
Elles savourent leur beauté
Et explosent de volupté!
J’aime les femmes mûres
Elles ont trimé, elles ont peiné
Elles ont enduré, elles ont donné
Elles ont veillé, elles ont prié
Elles ont supporté, elles ont pleuré
Elles ont attendu, elles ont espéré
Elles ont cru à la vie
Elles ont le droit d’aimer
Et d’être aimées!

Mostafa HOUMIR
Revenir en haut Aller en bas
Matriarche3

avatar

Messages : 8255
Date d'inscription : 29/10/2010
Age : 82
Localisation : Belgique, province de Namur, Mariembourg

MessageSujet: Re: Les poèmes à partager    Ven 14 Mar 2014, 20:55


A mon ami Edouard B.


Tu te frappais le front en lisant Lamartine,
Edouard, tu pâlissais comme un joueur maudit ;
Le frisson te prenait, et la foudre divine,
Tombant dans ta poitrine,
T’épouvantait toi-même en traversant ta nuit.

Ah ! frappe-toi le coeur, c’est là qu’est le génie.
C’est là qu’est la pitié, la souffrance et l’amour ;
C’est là qu’est le rocher du désert de la vie,
D’où les flots d’harmonie,
Quand Moïse viendra, jailliront quelque jour.

Peut-être à ton insu déjà bouillonnent-elles,
Ces laves du volcan, dans les pleurs de tes yeux.
Tu partiras bientôt avec les hirondelles,
Toi qui te sens des ailes
Lorsque tu vois passer un oiseau dans les cieux.

Ah ! tu sauras alors ce que vaut la paresse ;
Sur les rameaux voisins tu voudras revenir.
Edouard, Edouard, ton front est encor sans tristesse,
Ton coeur plein de jeunesse…

Alfred de Musset
Revenir en haut Aller en bas
Vio

avatar

Messages : 3631
Date d'inscription : 29/10/2010
Age : 63
Localisation : sud-ouest

MessageSujet: Re: Les poèmes à partager    Sam 15 Mar 2014, 13:10

Vio,

Ne vas pas croire que j'ai effacé ton poème, je l'ai uniquement déplacé dans le post réservé uniquement au membres habitués
Revenir en haut Aller en bas
Grenouille

avatar

Messages : 1858
Date d'inscription : 17/04/2013

MessageSujet: Re: Les poèmes à partager    Sam 15 Mar 2014, 15:09

Vio c'est très beau !!!!!

Est-ce que je peux poser une question ??.....
Tu réponds si tu veux... parce que .... c'est perso, bien sûr !!
Pourquoi as-tu attendu aussi longtemps pour le mettre sur le forum ?
Il est magnifique ce poème !!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
chambre 22

avatar

Messages : 1903
Date d'inscription : 07/11/2010
Localisation :

MessageSujet: Re: Les poèmes à partager    Sam 15 Mar 2014, 15:37

oui tu as raison grenouille, le poème de Vio est magnifique ...
D'ailleurs tous les poèmes de Vio sont vraiment très beaux, ils sont écrits dans un style et un rythme bien à elle ...
Revenir en haut Aller en bas
douce teigneuse
Admin
avatar

Messages : 19678
Date d'inscription : 28/10/2010
Age : 75
Localisation : Provence la belle!!!!

MessageSujet: Re: Les poèmes à partager    Sam 15 Mar 2014, 16:32

Nous avons dans la maison des personnes talentueuses! kiss

Une pièce vous est réservée.....................................

_________________
L'ESSENTIEL EST INVISIBLE POUR LES YEUX .....................

Revenir en haut Aller en bas
Vio

avatar

Messages : 3631
Date d'inscription : 29/10/2010
Age : 63
Localisation : sud-ouest

MessageSujet: Re: Les poèmes à partager    Sam 15 Mar 2014, 20:06


Mille Mercis !!!!!!!!!!

En fait, je l'ai corrigé.......et même en le corrigeant ..........je ne le trouve pas......abouti........... lol! lol! lol! 

C'est tout..........je reconnais que je suis très exigeante.............avec moi-même !!!!!!!!!!

Ce sont vos critiques, parfois, vos félicitations, souvent, qui me donnent la certitude d'avoir choisi le bon chemin.......celui de l'écriture.........

 kiss kiss kiss 
Revenir en haut Aller en bas
douce teigneuse
Admin
avatar

Messages : 19678
Date d'inscription : 28/10/2010
Age : 75
Localisation : Provence la belle!!!!

MessageSujet: Re: Les poèmes à partager    Sam 15 Mar 2014, 20:20

Tu DOIS continuer !!!!!pense à tout ce que t'apportent tes poèmes !!!!!!ça vaut toutes les analyses psy!!!!!!!!!!!!!!!! kiss kiss kiss kiss kiss 

_________________
L'ESSENTIEL EST INVISIBLE POUR LES YEUX .....................

Revenir en haut Aller en bas
Justine
Admin
avatar

Messages : 888
Date d'inscription : 27/10/2010
Age : 37
Localisation : Angleterre

MessageSujet: Re: Les poèmes à partager    Sam 15 Mar 2014, 23:47

Je suis bien d'accord avec toi Yo

_________________
Proverbe chinois : "Pêche lui un poisson, il pourra manger un repas ; apprends lui à pêcher, il pourra manger à tous les repas"
Revenir en haut Aller en bas
http://lamaison-forum.forumdediscussions.com
Justine
Admin
avatar

Messages : 888
Date d'inscription : 27/10/2010
Age : 37
Localisation : Angleterre

MessageSujet: Re: Les poèmes à partager    Dim 16 Mar 2014, 18:48

Saxo, pour ne pas mélanger, j'ai déplacée le poème que tu as mit sur celui des membres sur ce post

Saxo a écrit:

chanson de Frédéric Mistral "pistachié" s'il en était qui a écrit "Magali"
— "O Magali, ma tant aimée,
Mets la tête à la fenêtre !
Ecoute un peu cette aubade
De tambourins et de violons.
Le ciel est là-haut plein d'étoiles,
Le vent est tombé ;
Mais les étoiles pâliront
En te voyant.
— Pas plus que du murmure des branches,
De ton aubade je fais cas !
Mais je m'en vais dans la mer blonde
Me faire anguille de rocher.
— O Magali, si tu te fais
Le poisson de l'onde,
Moi, le pêcheur je me ferai,
Je te pêcherai !
— Oh ! mais, si tu te fais pêcheur,
Quand tu jetteras tes verveux,
Je me ferai l'oiseau qui vole,
Je m'envolerai dans les landes.
— O Magali, si tu te fais
L'oiseau de l'air,
Je me ferai, moi, le chasseur,
Je te chasserai.
Aux perdreaux, aux becs-fins,
Si tu viens tendre tes lacets,
Je me ferai, moi, l'herbe fleurie,
Et me cacherai dans les prés vastes.
— O Magali, si tu te fais
La marguerite,
Je me ferai, moi, l'eau limpide,
Je t'arroserai.
— Si tu te fais l'onde limpide,
Je me ferai, moi, le grand nuage,
Et promptement m'en irai ainsi
En Amérique, là-bas bien loin !
— O Magali, si tu t'en vas
Aux lointaines Indes,
Je me ferai, moi, le vent de mer,
Je te porterai !
— Si tu te fais le vent marin,
Je fuirai d'un autre côté :
Je me ferai l'échappée ardente
Du grand soleil qui fond la glace !
— O Magali, si tu te fais
Le rayonnement du soleil,
Je me ferai, moi, le vert lézard,
Et te boirai.
— Si tu te rends la salamandre
Qui se cache dans le hallier,
Je me rendrai, moi, la pleine lune
Qui éclaire les sorciers dans la nuit !
— O Magali, si tu te fais
Lune sereine,
Je me ferai, moi, belle brume,
Je t'envelopperai.
— Mais si la brume m'enveloppe,
Pour cela tu ne me tiendras pas;
Moi, belle rose virginale,
Je mépanouirai dans le buisson !
— O Magali, si tu te fais
La rose belle,
Je me ferai, moi, le papillon,
Je te baiserai.
— Va, poursuivant, cours, cours !
Jamais, jamais, tu ne m'atteindras.
Moi de l'écorce d'un grand chêne
Je me vêtirai dans la forêt sombre.
— O Magali, si tu te fais
L'arbre des mornes,
Je me ferai, moi, la touffe de lierre,
Je t'embrasserai !
— Si tu veux me prendre à bras-le-corps,
Tu ne saisiras qu'un vieux chêne ...
Je me ferai blanche nonnette
Du monastère du grand Saint Blaise !
— O Magali, si tu te fais
Nonnette blanche,
Moi, prêtre, je confesserai,
Et t'entendrai !
— Si du couvent tu passes les portes,
Tu trouveras toutes les nonnes
Autour de moi errantes,
Car en suaire tu me verras !
— O Magali, si tu te fais
La pauvre morte,
Je me ferai donc la terre,
Là je t'aurai !
— Maintenant je commence enfin à croire
Que tu ne me parles pas en riant.
Voici mon annelet de verre
Pour souvenir, beau jouvenceau !
— O Magali, tu me fais du bien ! ...
Mais, dès qu'elles t'ont vue,
O Magali, vois les étoiles,
Comme elles ont pâli !"

_________________
Proverbe chinois : "Pêche lui un poisson, il pourra manger un repas ; apprends lui à pêcher, il pourra manger à tous les repas"
Revenir en haut Aller en bas
http://lamaison-forum.forumdediscussions.com
douce teigneuse
Admin
avatar

Messages : 19678
Date d'inscription : 28/10/2010
Age : 75
Localisation : Provence la belle!!!!

MessageSujet: Re: Les poèmes à partager    Dim 16 Mar 2014, 19:12

O Magali!!!!!!j'aurais aimé m'appeler ainsi ...................................

_________________
L'ESSENTIEL EST INVISIBLE POUR LES YEUX .....................

Revenir en haut Aller en bas
Justine
Admin
avatar

Messages : 888
Date d'inscription : 27/10/2010
Age : 37
Localisation : Angleterre

MessageSujet: Re: Les poèmes à partager    Dim 16 Mar 2014, 19:48

C'est marrant moi j'aime bien mon prénom même si à une époque je trouvais qu'on était trop à s’appeler comme ça!!

_________________
Proverbe chinois : "Pêche lui un poisson, il pourra manger un repas ; apprends lui à pêcher, il pourra manger à tous les repas"
Revenir en haut Aller en bas
http://lamaison-forum.forumdediscussions.com
Justine
Admin
avatar

Messages : 888
Date d'inscription : 27/10/2010
Age : 37
Localisation : Angleterre

MessageSujet: Re: Les poèmes à partager    Dim 16 Mar 2014, 20:01

Le blason du beau tétin de Clément Marot (1497-1544)

Tétin refait, plus blanc qu’un œuf, (1)
Tétin de satin blanc tout neuf,
Toi qui fait honte à la rose
Tétin plus beau que nulle chose,
Tétin dur, non pas tétin voire (2)
Mais petite boule d’ivoire
Au milieu duquel est assise
Une fraise ou une cerise
Que nul ne voit, ne touche aussi,
Mais je gage qu’il en est ainsi.
Tétin donc au petit bout rouge,
Tétin qui jamais ne se bouge,
Soit pour venir, soit pour aller,
Soit pour courir, soit pour baller (3)
Tétin gauche, tétin mignon,
Toujours loin de son compagnon,
Tétin qui portes témoignage
Du demeurant du personnage, (4)
Quand on te voit, il vient à maints
Une envie dedans les mains (5)
De te tâter, de te tenir :
Mais il se faut bien contenir
D’en approcher, bon gré ma vie,
Car il viendrait une autre envie.
Ô tétin, ni grand ni petit,
Tétin mûr, tétin d’appétit,
Tétin qui nuit et jour criez
«Mariez moi tôt, mariez !»
Tétin qui t’enfles, et repousses
Ton gorgias de deux bons pouces : (6)
A bon droit heureux on dira
Celui qui de lait t’emplira,
Faisant d’un tétin de pucelle,
Tétin de femme entière et belle.

(1) refait : nouvellement formé
(2) voire : qui n’est pas, à vrai dire, un tétin
(3) baller : danser
(4) demeurant : de tout le reste de la personne
(5) trois syllabes
(6) décolleté, haut de la robe, corsage

_________________
Proverbe chinois : "Pêche lui un poisson, il pourra manger un repas ; apprends lui à pêcher, il pourra manger à tous les repas"
Revenir en haut Aller en bas
http://lamaison-forum.forumdediscussions.com
douce teigneuse
Admin
avatar

Messages : 19678
Date d'inscription : 28/10/2010
Age : 75
Localisation : Provence la belle!!!!

MessageSujet: Re: Les poèmes à partager    Jeu 17 Avr 2014, 16:00



Il faut, dans ce bas monde, aimer beaucoup de choses,
Pour savoir, après tout, ce qu’on aime le mieux,
Les bonbons, l’Océan, le jeu, l’azur des cieux,
Les femmes, les chevaux, les lauriers et les roses.

Il faut fouler aux pieds des fleurs à peine écloses ;
Il faut beaucoup pleurer, dire beaucoup d’adieux.
Puis le coeur s’aperçoit qu’il est devenu vieux,
Et l’effet qui s’en va nous découvre les causes.

De ces biens passagers que l’on goûte à demi,
Le meilleur qui nous reste est un ancien ami.
On se brouille, on se fuit. Qu’un hasard nous rassemble,

On s’approche, on sourit, la main touche la main,
Et nous nous souvenons que nous marchions ensemble,
Que l’âme est immortelle, et qu’hier c’est demain.

Alfred de Musset

_________________
L'ESSENTIEL EST INVISIBLE POUR LES YEUX .....................

Revenir en haut Aller en bas
Matriarche3

avatar

Messages : 8255
Date d'inscription : 29/10/2010
Age : 82
Localisation : Belgique, province de Namur, Mariembourg

MessageSujet: Re: Les poèmes à partager    Jeu 17 Avr 2014, 22:27

Adieux a la mer


Murmure autour de ma nacelle,
Douce mer dont les flots chéris,
Ainsi qu’une amante fidèle,
Jettent une plainte éternelle
Sur ces poétiques débris.

Que j’aime à flotter sur ton onde.
A l’heure où du haut du rocher
L’oranger, la vigne féconde,
Versent sur ta vague profonde
Une ombre propice au nocher !

Souvent, dans ma barque sans rame,
Me confiant à ton amour,
Comme pour assoupir mon âme,
Je ferme au branle de ta lame
Mes regards fatigués du jour.

Comme un coursier souple et docile
Dont on laisse flotter le mors,
Toujours, vers quelque frais asile,
Tu pousses ma barque fragile
Avec l’écume de tes bords.

Ah! berce, berce, berce encore,
Berce pour la dernière fois,
Berce cet enfant qui t’adore,
Et qui depuis sa tendre aurore
N’a rêvé que l’onde et les bois!

Le Dieu qui décora le monde
De ton élément gracieux,
Afin qu’ici tout se réponde,
Fit les cieux pour briller sur l’onde,
L’onde pour réfléchir les cieux.

Aussi pur que dans ma paupière,
Le jour pénètre ton flot pur,
Et dans ta brillante carrière
Tu sembles rouler la lumière
Avec tes flots d’or et d’azur.

Aussi libre que la pensée,
Tu brises le vaisseau des rois,
Et dans ta colère insensée,
Fidèle au Dieu qui t’a lancée,
Tu ne t’arrêtes qu’à sa voix.

De l’infini sublime image,
De flots en flots l’oeil emporté
Te suit en vain de plage en plage,
L’esprit cherche en vain ton rivage,
Comme ceux de l’éternité.

Ta voix majestueuse et douce
Fait trembler l’écho de tes bords,
Ou sur l’herbe qui te repousse,
Comme le zéphyr dans la mousse,
Murmure de mourants accords.

Que je t’aime, ô vague assouplie,
Quand, sous mon timide vaisseau,
Comme un géant qui s’humilie,
Sous ce vain poids l’onde qui plie
Me creuse un liquide berceau.

Que je t’aime quand, le zéphire
Endormi dans tes antres frais,
Ton rivage semble sourire
De voir dans ton sein qu’il admire
Flotter l’ombre de ses forêts!

Que je t’aime quand sur ma poupe
Des festons de mille couleurs,
Pendant au vent qui les découpe,
Te couronnent comme une coupe
Dont les bords sont voilés de fleurs!

Qu’il est doux, quand le vent caresse
Ton sein mollement agité,
De voir, sous ma main qui la presse,
Ta vague, qui s’enfle et s’abaisse
Comme le sein de la beauté!

Viens, à ma barque fugitive
Viens donner le baiser d’adieux;
Roule autour une voix plaintive,
Et de l’écume de ta rive
Mouille encor mon front et mes yeux.

Laisse sur ta plaine mobile
Flotter ma nacelle à son gré,
Ou sous l’antre de la sibylle,
Ou sur le tombeau de Virgile :
Chacun de tes flots m’est sacré.

Partout, sur ta rive chérie,
Où l’amour éveilla mon coeur,
Mon âme, à sa vue attendrie,
Trouve un asile, une patrie,
Et des débris de son bonheur,

Flotte au hasard : sur quelque plage
Que tu me fasses dériver,
Chaque flot m’apporte une image;
Chaque rocher de ton rivage
Me fait souvenir ou rêver..

Alphonse de Lamartine, Nouvelles méditations poétiques
Revenir en haut Aller en bas
chambre 22

avatar

Messages : 1903
Date d'inscription : 07/11/2010
Localisation :

MessageSujet: Re: Les poèmes à partager    Sam 19 Avr 2014, 08:16

L'un des plus beaux textes d'un Ami poète/philosophe ...
A chaque fois que je le lis, l'émotion reste la même, bouleversante et si intense

LE FAUTEUIL

J'ai poussé son fauteuil
Comme on pousse un esquif
La caresse d'une feuille
Bercée dans le vent vif

J'ai croisé son regard
Dans une fête anonyme
Les lumières de son phare
Au chenal de mes rimes

Sans rien voir au début
De ses coudes immobiles
En planant à sa vue
Hors des chemins futiles

J'ai poussé son fauteuil
Comme on pousse un esquif
La caresse d'une feuille
Bercée dans le vent vif

Différente et pareille
De beauté lumineuse
Rayonnante de soleil
Pétillante amoureuse

Dix années de bonheur
Qui scintillent à mon ciel
Dix bougies dans mon coeur
A ses feux essentiels

J'ai poussé son fauteuil
Comme on pousse un esquif
La caresse d'une feuille
Bercée dans le vent vif

J'ai porté corps blessé
Chaque soir et matin
Pour la faire allonger
A portée de mes mains

Si légère et si douce
Sans effort ni contrainte
Plus velours que la mousse
En ces forêts défuntes

J'ai poussé son fauteuil
Comme on glisse une barque
A travers les écueils
Où la vie nous embarque

Si debout elle assise
A l'inverse souvent
Face au temps qui la brise
Plus que moi me levant

Mes deux jambes inutiles
Ne portant qu'un humain
Prisonnier imbécile
D'un esprit presqu'éteint

J'ai poussé son fauteuil
Comme on glisse une barque
A travers les écueils
Où la vie nous embarque

Premier rang de la scène
Inspirée du vivant
Elle a rompu mes chaînes
Dans ses mots soulevant

De sa force sans limite
De son amour des gens
Elle a pu mettre en fuite
Mes fantômes d'avant

J'ai poussé son fauteuil
Comme on glisse une barque
A travers les écueils
Où la vie nous embarque

Souffle court magicienne
Meurtrie par accident
Sans la rage ni la haine
L'illusion d'un tourment

Ce matin à 6 heures
Je n'ai su te lever
Même les anges meurent
Quand leurs ailes sont brisées

J'ai poussé son fauteuil
Comme si elle y dormait
Lui parlant de ce deuil
Qui ne guérit jamais

J'ai poussé son fauteuil
Comme si elle y dormait
Lui parlant de ce deuil
Qui ne guérit jamais.

Jean Marc Freller - 10 juillet 2010 (texte protégé)

J'essaierai de vous déposer quelques uns des poèmes ou écrits de "Mon Sieur JM" comme j'aime le nommer ... c'est le positif du net : m'avoir permis d'être "l'amie" d'un tel Homme
Revenir en haut Aller en bas
Matriarche3

avatar

Messages : 8255
Date d'inscription : 29/10/2010
Age : 82
Localisation : Belgique, province de Namur, Mariembourg

MessageSujet: Re: Les poèmes à partager    Sam 19 Avr 2014, 11:32

Fuite


Et Je me suis enfui
Je suis devenu Sphinx
Et mille ans sont passés
au doux son de Syrinx

Et Je me suis enfui
J’ai acosté à Tyr
Et quand le soleil fût
je ressortis ma Lyre

Et je me suis enfui
Et coupait au silex
Je m’enivrai la nuit
des horizons convexes

Et je me suis enfui
Pour ne jamais revoir
l’Aube

Winston Perez, 2013
Revenir en haut Aller en bas
chambre 22

avatar

Messages : 1903
Date d'inscription : 07/11/2010
Localisation :

MessageSujet: Re: Les poèmes à partager    Jeu 24 Avr 2014, 22:08

A U X C A B I N E T S

Malgré l'humour et la vertu
Il faut ici montrer son cul
Malgré la haine et la fierté
Il faut ici se défroquer
Malgré l'amour et la tendresse
Il faut ici montrer ses fesses.

Poussez ! poussez ! les constipés
Le temps ici n'est pas compté
Venez ! venez ! foules empressées
Soulager là votre diarrhée

Car en ces lieux souvent chéris
Même le papier y est fourni.
Soit qu'on y pète, soit qu'on y rote
Tout est permis au sein des chiottes

Mais ? graine de vérole ou de morpion
N'oubliez pas d'vous laver l'fion
De ces WC tant usités
Préservez donc l'intégrité.

Rendons gloire à nos vespasiennes
De faïence ou de porcelaine !
Que l'on soit riche ou bien fauché
Jamais de classe dans les WC
Pines de smicards ou de richards
Venez tous voir mon urinoir !

Qu'ils s'appellent chiottes, goguenots, waters
Tout l'monde y pose son derrière
On les dit turcs ou bien tinettes
Tout est une question de cuvette
Quand celles-ci se trouvent bouchées
Nous voilà tous bien emmerdés.

Entrez, entrez aux cabinets
Nous raconter vos p'tits secrets
Savoir péter c'est tout un art
Pour ne pas chier dans son falzar.

Si cet écrit vous semble idiot
Torchez-vous-en vite au plus tôt
Si au contraire il peut vous plaire
Affichez-le dans vos waters !!!  lol! 
Revenir en haut Aller en bas
Justine
Admin
avatar

Messages : 888
Date d'inscription : 27/10/2010
Age : 37
Localisation : Angleterre

MessageSujet: Re: Les poèmes à partager    Sam 26 Avr 2014, 23:12

Excellent, c'est de qui?

_________________
Proverbe chinois : "Pêche lui un poisson, il pourra manger un repas ; apprends lui à pêcher, il pourra manger à tous les repas"
Revenir en haut Aller en bas
http://lamaison-forum.forumdediscussions.com
chambre 22

avatar

Messages : 1903
Date d'inscription : 07/11/2010
Localisation :

MessageSujet: Re: Les poèmes à partager    Sam 26 Avr 2014, 23:31

???? je n'en sais rien .. je l'ai reçu comme ça par mail ...
Revenir en haut Aller en bas
chambre 22

avatar

Messages : 1903
Date d'inscription : 07/11/2010
Localisation :

MessageSujet: Re: Les poèmes à partager    Dim 27 Avr 2014, 08:35

UN PETIT ADJECTIF

Un petit adjectif,
Tout timide et chétif,
Se cherche un nom
Dans ma chanson..
Parmi les phrases sombres,
Il glisse comme une ombre,
Comme un serpent dans l'herbe,
Il rampe entre les verbes....
Le voici, soudain, minuscule,
Isolé comme un malade,
Encadré de virgule
Ou de tirets montant la garde..
Puis très mal à l'aise,
Il passe entre parenthèses...

Je l'entends qui sanglote,
Qui crie et qui grelotte,
Qui appelle au secours,
Écrasé, piétiné,
Comme une fleur fanée,
Sous les mille et un pieds
Du poème qui court...
Alors, pris de pitié
Je lui ménage avec soin
Une place dans un coin...

Et du fond de sa cachette,
Il éclaire un peu ma chansonnette.

Robert Gélis
Revenir en haut Aller en bas
chambre 22

avatar

Messages : 1903
Date d'inscription : 07/11/2010
Localisation :

MessageSujet: Re: Les poèmes à partager    Lun 28 Avr 2014, 13:40

joli poème en effet !

Le Vin Dans La Poésie‏

(bien sûr il n'est pas de moi, je salue le génie qui a su manier si joliment les grands et les petits crus de notre bon vieux terroir)

Je trouve ce texte dix-vins !
Il m’est arrivé une histoire
dont il faut que je vous donne,
si je puis dire, la primeur.

C’était il y a quelques temps,
au bal de la Nuits Saint-Georges
que j’ai rencontré la petite Juliénas.
Une fille drôlement Gigondas,
un sacré beau Meursault, bien charpentée,
et sous sa robe vermillon un grand cru classé,
avec des arômes de cassis et de fraises des bois.

On a dansé Anjou contre Anjou
sur un Sylvaner à la mode et plus tard,
lorsque je lui ai proposé de l’emmener
dans mon Chateauneuf-du-Pape,
elle est devenue toute Crozes-Hermitage !!!

Le temps d’aller chercher un Chablis
au vestiaire, de mettre un petit Corton dans ses cheveux,
on est monté dans ma Banyuls
et on a roulé jusqu’au matin.
Ah quelle belle journée !
On s’est baladé Entre-deux-mers,
il faisait beau, on a Vacqueyras sur la plage,
les pieds dans l’eau Clairette.
On s’est Pouilly-Fuissé dans les dunes
et comme le Mercurey montait sérieusement
et qu’on commençait à avoir les Côtes-Rôties,
on a décidé de rentrer.

Mais voilà, en partant nous nous sommes
retrouvés coincés dans les embouteillages,
enfin les bouchons, quoi !
Je commençais à Minervois sérieusement
et là, Juliénas et moi, nous avons commencé à nous crêper le Chinon.

D’un seul coup elle a claqué la Corbière
de la Banyuls et elle est partie !
Je me suis retrouvé comme Macon.
Quoi, me suis-je dit, elle s’est Déjà Sauvignon
avant même que j’ai le temps de la Sauternes !
Mais je vous Jurançon, je l’avais dans la Pauillac,
en effet, j’étais tellement Tokay que j’ai couru après elle
dans Lalande et les Chardonnay pour la rattraper.

Quand on s’est retrouvé, et que
je l’ai vue devant moi en Gros-plant,
je lui ai dit « Ne fais pas ta Pomerol,
et ne t’en vas plus Gamay ! »

En pleurant, elle est tombée dans
mes bras en Madiran:
« Ne m’en veux pas, je voulais être sûre
que ton Saint-Amour était vraiment Sancerre ».

Depuis on ne s’est plus cuités !!!
Revenir en haut Aller en bas
Matriarche3

avatar

Messages : 8255
Date d'inscription : 29/10/2010
Age : 82
Localisation : Belgique, province de Namur, Mariembourg

MessageSujet: Re: Les poèmes à partager    Lun 28 Avr 2014, 13:50

A la mi-carême


I

Le carnaval s’en va, les roses vont éclore ;
Sur les flancs des coteaux déjà court le gazon.
Cependant du plaisir la frileuse saison
Sous ses grelots légers rit et voltige encore,
Tandis que, soulevant les voiles de l’aurore,
Le Printemps inquiet paraît à l’horizon.

II

Du pauvre mois de mars il ne faut pas médire ;
Bien que le laboureur le craigne justement,
L’univers y renaît ; il est vrai que le vent,
La pluie et le soleil s’y disputent l’empire.
Qu’y faire ? Au temps des fleurs, le monde est un enfant ;
C’est sa première larme et son premier sourire.

III

C’est dans le mois de mars que tente de s’ouvrir
L’anémone sauvage aux corolles tremblantes.
Les femmes et les fleurs appellent le zéphyr ;
Et du fond des boudoirs les belles indolentes,
Balançant mollement leurs tailles nonchalantes,
Sous les vieux marronniers commencent à venir.

IV

C’est alors que les bals, plus joyeux et plus rares,
Prolongent plus longtemps leurs dernières fanfares ;
À ce bruit qui nous quitte, on court avec ardeur ;
La valseuse se livre avec plus de langueur :
Les yeux sont plus hardis, les lèvres moins avares,
La lassitude enivre, et l’amour vient au coeur.

V

S’il est vrai qu’ici-bas l’adieu de ce qu’on aime
Soit un si doux chagrin qu’on en voudrait mourir,
C’est dans le mois de mars, c’est à la mi-carême,
Qu’au sortir d’un souper un enfant du plaisir
Sur la valse et l’amour devrait faire un poème,
Et saluer gaiement ses dieux prêts à partir.

VI

Mais qui saura chanter tes pas pleins d’harmonie,
Et tes secrets divins, du vulgaire ignorés,
Belle Nymphe allemande aux brodequins dorés ?
Ô Muse de la valse ! ô fleur de poésie !
Où sont, de notre temps, les buveurs d’ambroisie
Dignes de s’étourdir dans tes bras adorés ?

VII

Quand, sur le Cithéron, la Bacchanale antique
Des filles de Cadmus dénouait les cheveux,
On laissait la beauté danser devant les dieux ;
Et si quelque profane, au son de la musique,
S’élançait dans les choeurs, la prêtresse impudique
De son thyrse de fer frappait l’audacieux.

VIII

Il n’en est pas ainsi dans nos fêtes grossières ;
Les vierges aujourd’hui se montrent moins sévères,
Et se laissent toucher sans grâce et sans fierté.
Nous ouvrons à qui veut nos quadrilles vulgaires ;
Nous perdons le respect qu’on doit à la beauté,
Et nos plaisirs bruyants font fuir la volupté.

IX

Tant que régna chez nous le menuet gothique,
D’observer la mesure on se souvint encor.
Nos pères la gardaient aux jours de thermidor,
Lorsqu’au bruit des canons dansait la République,
Lorsque la Tallien, soulevant sa tunique,
Faisait de ses pieds nus claquer les anneaux d’or.

X

Autres temps, autres moeurs ; le rythme et la cadence
Ont suivi les hasards et la commune loi.
Pendant que l’univers, ligué contre la France,
S’épuisait de fatigue à lui donner un roi,
La valse d’un coup d’aile a détrôné la danse.
Si quelqu’un s’en est plaint, certes, ce n’est pas moi.

XI

Je voudrais seulement, puisqu’elle est notre hôtesse,
Qu’on sût mieux honorer cette jeune déesse.
Je voudrais qu’à sa voix on pût régler nos pas,
Ne pas voir profaner une si douce ivresse,
Froisser d’un si beau sein les contours délicats,
Et le premier venu l’emporter dans ses bras.

XII

C’est notre barbarie et notre indifférence
Qu’il nous faut accuser ; notre esprit inconstant
Se prend de fantaisie et vit de changement ;
Mais le désordre même a besoin d’élégance ;
Et je voudrais du moins qu’une duchesse, en France,
Sût valser aussi bien qu’un bouvier allemand.

Alfred de Musset
Revenir en haut Aller en bas
chambre 22

avatar

Messages : 1903
Date d'inscription : 07/11/2010
Localisation :

MessageSujet: Re: Les poèmes à partager    Mer 07 Mai 2014, 09:50

ce n'est pas vraiment un poème mais un magnifique texte pour nous ouvrir les yeux vers les autres

La prière du sourd

Excusez moi si je vous dérange.
Mais je voudrais bien dans l'espace d'un instant, qu'on m'écoute.

Je sais bien, je ne suis pas comme les autres,
on me l'a déjà dit.
Je sais bien, je ne suis pas comme toi,
On me l'a déjà répété.

Tu me parles, je ne comprend pas,
Je te parle, tu ne m'écoutes pas.

Je regarde tes yeux, pour comprendre ta pensée.
Je lis sur tes lèvrres, pour comprendre tes mots.

Mais quand tu me parles, tu ne t'imagines pas l'effort
Que je fais pour t'écouter.

Lorsque tu ne m'écoutes pas,
tu ne t'imagines pas le mal que tu me fais.

Ecoute le silence, écoute ma souffrance,
Ecoute le silence, ma différence.
Ecoute le silence.
Et tu comprendra ma souffrance,
Celle-ci n'est pas l'absence
,de son, des bruits
Mais c'est celle de l'indifférence,
Qu'on porte à mon sujet.

Moi qui ne désire qu'une chose :
Être comme les autres.
Avec quelque chose en plus.
Ou quelque chose en moins.
Revenir en haut Aller en bas
Matriarche3

avatar

Messages : 8255
Date d'inscription : 29/10/2010
Age : 82
Localisation : Belgique, province de Namur, Mariembourg

MessageSujet: Re: Les poèmes à partager    Mer 14 Mai 2014, 18:48

VII



LE ROSSIGNOL




Comme un vol criard d’oiseaux en émoi,
Tous mes souvenirs s’abattent sur moi,
S’abattent parmi le feuillage jaune
De mon cœur mirant son tronc plié d’aune
Au tain violet de l’eau des Regrets,
Qui mélancoliquement coule auprès,
S’abattent, et puis la rumeur mauvaise
Qu’une brise moite en montant apaise,
S’éteint par degrés dans l’arbre, si bien
Qu’au bout d’un instant on n’entend plus rien,
Plus rien que la voix célébrant l’Absente,
Plus rien que la voix, — ô si languissante ! —
De l’oiseau qui fut mon Premier Amour,
Et qui chante encor comme au premier jour ;

Et, dans la splendeur triste d’une lune
Se levant blafarde et solennelle, une
Nuit mélancolique et lourde d’été,
Pleine de silence et d’obscurité,
Berce sur l’azur qu’un vent doux effleure
L’arbre qui frissonne et l’oiseau qui pleure.
Revenir en haut Aller en bas
chambre 22

avatar

Messages : 1903
Date d'inscription : 07/11/2010
Localisation :

MessageSujet: Re: Les poèmes à partager    Jeu 15 Mai 2014, 11:15

ÉCOUTE CHANTER LES HOMMES

Écoute chanter les hommes,
Ce chant qui nait de l'écume,
Ou de la Peur,
Des pétales de l'aube,
Des cendres de pluie.
Ils font des mots comme des fruits.
Écoute les.
L'horizon ne s'est point fermé.

Écoute chanter les hommes
Ce chant qui nait de la neige,
Ou de la foudre.
Quand reverdit l'herbe sommaire
Des heures révolues,
Quand grouillent dans le ciel
Des corbeaux résolus..
Écoute les
Rien n'est encore consommé.

Écoute chanter les hommes
Ce chant qui nait de l'huile,
Ou des épices,
Pour tes yeux qui ont chassé l'éclat;
Pour tes doigts qui te désobéissent,
Pour tes lèvres assoupies
Écoute les
Le vent dissipe la fumée.

Écoute chanter les hommes
Ce chant qui nait de la flamme,
Ou de la boue.
L’amour n’est pas un accident,
Ni l'espoir une manie.
Croire n'est pas un crépuscule,
Ni une croix
Écoute les rien n'est condamné.

Écoute chanter les hommes
Ce chant nait de la source,
Ou de la plaie
Le sang s'enivre plus,
Le sang ne tache plus,
Sourire n'est plus une blessure
Écoute les
Rien n'est "A jamais".

Écoute chanter les hommes
Ce chant qui nait de la tendresse,
Ou de la détresse.
Leur voix convalescente
S'est dévêtue pour nous
Elle est belle tu sais!
Écoute les
Ils savent encore AIMER

(impossible de trouver son auteur)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les poèmes à partager    

Revenir en haut Aller en bas
 
Les poèmes à partager
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 9 sur 13Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11, 12, 13  Suivant
 Sujets similaires
-
» quelques recettes à partager...
» Les poèmes comme ça
» je voulais vs faire partager cette vidéo
» tant de souvenirs de 1977 a partager. mecanicie 77-78
» CD de poèmes Normands

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Maison Forum :: Ici on se cultive :: Poésie, Littérature-
Sauter vers: